FrançaisEnglish

Érudit | Dépôt de documents >
Société historique du Canada / Canadian Historical Association >
Intersections >
Vol 2 numéro 1 >

Please use this identifier to cite or link to this item:

https://depot.erudit.org/id/004482dd

Title: Co-Editors / Corédacteurs
Other Titles: Quand cuisiner devient un devoir patriotique
Authors: Doucet, Marie-Michèle
Issue Date: 
Publisher: Canadian Historical Association / Société historique du Canada
Series/Report no.: volume 2 numéro 1;
Abstract: Dès les premiers mois de guerre en à l’automne 1914, les nations belligérantes vont prendre conscience de l’importance de la nourriture en temps de guerre. Elle est nécessaire pour maintenir le bon moral des soldats – comme le disait si bien Napoléon Bonaparte : « Une armée marche sur son estomac » – et de la population civile. Nourrir les populations devient un élément central à la politique de guerre de chaque pays. Les États, qui avaient d’abord cru à une résolution rapide du conflit – il finira avant Noël 1914, avait-on dit –, constatent en 1915 que la guerre sera plus longue que prévu. La mobilisation de l’effectif alimentaire devient donc nécessaire pour subvenir aux besoins de l’armée et de la population de l’arrière. Commence alors les interminables files d’attente engendrée par la mise en place de politiques très strictes de rationnement. Sur le « home front » la guerre est plutôt celle du « pain et des pommes de terre » que celle des munitions et de l’acier explique l’historienne Tammy Proctor2.
URI: https://depot.erudit.org/id/004482dd
Appears in Collections:Vol 2 numéro 1

Files in This Item:

2.Corédacteurs français 2.1.pdf, (Adobe PDF ; 442.39 kB)

Items in the Repository are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.

 

About Érudit | Subscriptions | RSS | Terms of Use | Contact us |

Consortium Érudit ©  2016