FrançaisEnglish

Érudit | Dépôt de documents >
Chaire Desjardins en développement des petites collectivités >
Rapports de recherche de la Chaire Desjardins de l'UQAT >

Please use this identifier to cite or link to this item:

https://depot.erudit.org/id/003535dd

Title: Le retour des jeunes enfants dans la communauté algonquine de Kitcisakik : une recherche-action visant l'engagement de la communauté envers la santé et le bien-être des enfants. RAPPORT DE RECHERCHE : PHASE 1
Authors: Loiselle, Marguerite
Bousquet, Marie-Pierre
Dugré, Suzanne
Grenier, Stéphane
Potvin, Micheline
Keywords: Abitibi-Témiscamingue
Kitcisakik
Communauté algonquine
Abitibi
École
Enfants
Algonquins
Issue Date: 2008-03
Publisher: Chaire Desjardins en développement des petites collectivités (UQAT)
Abstract: Cette recherche visait deux objectifs principaux : la formation de praticienneschercheures algonquines et l’identification des besoins des parents d’enfants d’âge scolaire primaire en lien avec l’implantation progressive, pour la première fois dans l’histoire de cette communauté, d’une école primaire. Elle constitue la phase I d’une recherche‐action participative d’une durée de quatre ans. La communauté semi‐nomade algonquine de Kitcisakik est un établissement de six familles élargies qui, par souci de dignité, a toujours refusé d’être confinée dans une réserve appartenant au gouvernement fédéral. Cette communauté est sise à une centaine de kilomètres au sud de Val‐d’Or en Abitibi, au coeur du Parc de Lavérendrye. Avant 1955, les enfants étaient éduqués par leurs parents, en forêt, où venaient à la saison estivale des Pères Oblats pour évangéliser et enseigner les rudiments de l’écriture et de la lecture. À l’ouverture du pensionnat pour enfants autochtones de Saint‐Marc‐de‐Figuery, en 1955, situé à environ 200 kilomètres au nord de Kitcisakik, et jusqu’à sa fermeture en 1973, les enfants ont été arrachés à leur communauté pour être instruits et ‘civilisés’ dans ce pensionnat. Par la suite, les enfants ont été dispersés jusqu’en 1989 sur le territoire abitibien pour recevoir leur scolarisation. Depuis 1989, ces enfants fréquentent l’école à Val‐d’Or où ils vivent en semaine dans des foyers scolaires ‘blancs’. Depuis septembre 2005, la communauté implante progressivement une école primaire chez elle en commençant par la maternelle puis, en 2006, la première année suivie de la deuxième année en septembre 2007. L’implantation de cette première école à Kitcisakik pose des dilemmes aux parents d’enfants d’âge du primaire qui ont été privés d’un modèle parental en lien avec une institution scolaire. Les parents de Kitcisakik ont, en effet, été empêchés, depuis plusieurs générations, de jouer leur rôle de ‘parents à temps plein’. Cette étude comprend deux volets : ‘travail social‐fonction parentale’ et ‘anthropologie’. L’identification des besoins de ces parents s’est faite par entrevues de groupes auprès de 59 personnes dont 26 parents, 26 informateurs clés (15 algonquins et 11 intervenants ‘blancs’ dans la communauté) et sept jeunes de 15 à 17 ans. Des guides d’entrevues semblables mais adaptés à chaque groupe, ont été développés spécifiquement pour le volet ‘travail social‐fonction parentale’ de cette recherche. Pour le volet ‘anthropologie’, qui examine la perception des membres de la communauté de Kitcisakik de l’univers scolaire, 16 personnes de divers âges ont été rencontrées, pour un total de 75 répondants et répondantes. Les besoins identifiés par les répondants de la recherche se situent sur six plans : affectif, culturel, social, scolaire, gestion du quotidien et financier. Les Algonquins de Kitcisakik sont préoccupés principalement par la perte de la langue et de la culture chez leurs enfants ce qui crée une détérioration des liens intergénérationnels et d’appartenance à la culture et à la communauté. Les résultats de cette recherche indiquent que cette petite communauté d’un peu plus de 400 personnes, vivant en forêt, montre un degré élevé de conscience de ses besoins, de ses défis et des enjeux liés à l’implantation de sa première école. Elle désire ardemment la scolarisation de ses enfants dans la communauté afin d’avoir le contrôle de sa destinée. Un programme à multiples composantes a été développé au terme de cette première phase de l’étude, ses composantes devant être précisées et mises en oeuvre dans la phase subséquente.
URI: https://depot.erudit.org/id/003535dd
ISBN: 2-923064-34-8
Appears in Collections:Rapports de recherche de la Chaire Desjardins de l'UQAT

Files in This Item:

Loiselle_et_al_Kitcisakik_2008_Pub.pdf, (Adobe PDF ; 749,68 kB)

Items in the Repository are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.

 

About Érudit | Subscriptions | RSS | Terms of Use | Contact us |

Consortium Érudit ©  2014