FrançaisEnglish

Érudit | Dépôt de documents >
CEIM - Centre d'études sur l’intégration et la mondialisation >
Documents du CEIM >

Please use this identifier to cite or link to this item:

https://depot.erudit.org/id/003493dd

Title: La politique commerciale des États-Unis : à quoi pouvons-nous nous attendre ?
Authors: Deblock, Christian
Keywords: Amérique du Nord
Commerce et investissement
États-Unis
Élections
Processus électoraux
Québec
Issue Date: 2000-12
Publisher: Groupe de recherche en économie et sécurité/Chaire Raoul-Dandurand UQÀM
Citation: Deblock, Christian. « La politique commerciale des États-Unis : à quoi pouvons-nous nous attendre ? », Notes de recherche, vol. 2, n° 10, décembre 2000, GRES-Chaire Téléglobe. Raoul Dandurand.
Series/Report no.: ;10
Abstract: (1) La politique commerciale américaine est marquée par une très grande continuité depuis la guerre. Trois principes la guident : l'ouverture réciproque des marchés, l'application de la règle de droit dans les relations économiques internationales, et la préservation du leadership américain dans les affaires économiques internationales. On ne doit donc pas s'attendre à de grands bouleversements sous une administration Bush, mais plutôt à des réalignements par rapport à ce qu'il en fut sous l'administration sortante. On peut en identifier cinq : 1. une attention plus grande accordée au libre-échangisme comme idéologie pour forcer les partenaires commerciaux à ouvrir davantage leurs marchés ; 2. une plus grande improvisation dans la poursuite des objectifs et le suivi de la politique commerciale en fonction des évènements ; 3. une plus grande attention accordée aux questions de sécurité et aux intérêts stratégiques des États-Unis dans les affaires commerciales ; 4. la mise en sourdine du débat sur l'inclusion des normes du travail et environnementales dans les accords commerciaux ; 5. une réévaluation des institutions économiques internationales à la lumière des intérêts américains. (2) La globalisation est là pour durer. La réévaluation des intérêts économiques et des questions de sécurité des États-Unis à la lumière de celle-ci entamée sous Clinton va se poursuivre. On peut toutefois s'attendre à trois changements majeurs : 1. l'idée de poursuivre une globalisation plus humaine et de mettre celle-ci au service des intérêts des travailleurs, tout en en appelant à la responsabilité des ÉtatsUnis pour la promotion des droits fondamentaux et une meilleure redistribution des richesses entre les pays, sera très probablement abandonnée ; 2. on peut s'attendre à un retour aux approches économiques plus conventionnelles pour renforcer la compétitivité de l'économie américaine, aux réductions d'impôt notamment pour favoriser l'épargne, l'investissement et l'innovation ; 3. tout laisse à penser que, comme ce fut le cas sous les administrations Reagan et Bush, la nouvelle administration présidentielle de George W. Bush cherchera à mettre au rancart les programmes d'aide pour les travailleurs soumis aux contraintes d'adaptation liées au commerce. (3) La nouvelle administration aura à finaliser les dossiers en cours et devra relever de nouveaux défis. Trois grands dossiers sont à l'agenda : l'entrée de la Chine à l'OMC, le lancement d'un nouveau cycle de négociations commerciales multilatérales, et la mise en place d'une zone de libre-échange dans les Amériques. Le Sommet de Québec devrait être l'occasion pour la nouvelle administration de relancer le projet des Amériques et d'établir les nouvelles priorités des États-Unis. Le principal défi de l'administration Clinton quand elle est arrivée, était de relancer l'économie américaine et de replacer celle-ci au centre de l'économie mondiale. La nouvelle administration devra composer avec une croissance en ralentissement rapide, un déficit commercial phénoménal, et un Congrès difficile à manier. Les échecs successifs de l'administration Clinton dans ses tentatives d'obtenir du Congrès la procédure accélérée ont affaibli la position des États-Unis dans les négociations commerciales en cours. George W. Bush a fait de l'obtention de la procédure accélérée une priorité, sinon une question de principe, pour que les États-Unis puissent réaffirmer avec force leur leadership dans les affaires économiques internationales.
URI: https://depot.erudit.org/id/003493dd
Appears in Collections:Documents du CEIM

Files in This Item:

deblock_pol-comm-usa.pdf, (Adobe PDF ; 132.03 kB)

Items in the Repository are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.

 

About Érudit | Subscriptions | RSS | Terms of Use | Contact us |

Consortium Érudit ©  2016