FrançaisEnglish

Érudit | Dépôt de documents >
CIRANO - Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations >
Rapports bourgognes >

Please use this identifier to cite or link to this item:

https://depot.erudit.org/id/003036dd

Title: La crise financière vue par un banquier
Authors: Amzallag, Robert
Magnan, Michel
Campbell, Bryan
Issue Date: 2009-01
Publisher: Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations (CIRANO)
Series/Report no.: Rapport bourgogne (CIRANO);2009RB-01
Burgundy reports (CIRANO);2009RB-01
Abstract: Au cours des dernières années, Robert Amzallag, Fellow invité du CIRANO, s'est beaucoup intéressé à la recherche et aux activités de transfert menées par le Groupe Finance. Il a proposé des initiatives sur des sujets d'actualité touchant le marché financier de Montréal. Notamment à titre de Président et chef de la direction de BNP Paribas (Canada), Monsieur Amzallag est bien placé pour faire des observations éclairées sur la crise financière. La présentation de monsieur Amzallag consiste en une analyse rétrospective des causes fondamentales de la crise, suivie d'une réflexion sur les événements à prévoir. Pour ce qui est des causes, il isole trois tendances qui ont pris de l'ampleur au cours des dernières décennies. Ces tendances comprennent l'érosion de certains facteurs de stabilisation, particulièrement dans le marché du crédit, qui contribuent à des concentrations excessives du risque. Dans une perspective d'avenir, monsieur Amzallag explore les implications de trois scénarios ou réponses liés à la crise. Les deux premiers scénarios représentent l'application de règles de conduite reflétant les sensibilités politiques établies. Le troisième scénario consiste en une réévaluation sérieuse des différentes fonctions que les partenaires clés, gouvernements, banques centrales, organismes de réglementation et institutions financières, devraient assumer et devraient avoir la latitude nécessaire pour l'assumer. Nous avons aussi invité monsieur Michel Magnan, Fellow CIRANO et professeur à l'École de gestion John Molson, Université Concordia à présenter un survol de la controverse entourant l'évaluation des prix du marché, une question qui constitue, d'après monsieur Amzallag, un aspect important de la crise. Il examine les fondements théoriques et empiriques de la comptabilisation de la juste valeur [fair value accounting (FVA)]. D'après le professeur Magnan, il existe des preuves appuyant la théorie selon laquelle la FVA ne constitue pas seulement un messager, mais qu'elle peut avoir contribué à l'accélération de la crise. Dans les annexes qui suivent les interventions des invités, le Groupe Finance a préparé un graphique permettant de présenter des séries chronologiques des principaux indicateurs financiers par rapport au contexte historique de la crise. Nous avons également préparé une introduction aux produits structurés, incluant les obligations synthétiques adossées à des prêts (synthetic collateralized debt obligations - cdos), lesquels ont joué un rôle de premier plan dans la crise actuelle. Cette présentation nous amène naturellement à un module logiciel élaboré au CIRANO et qui explore les dimensions que prennent ces produits dans le cadre de la gestion du risque.
URI: http://www.cirano.qc.ca/pdf/publication/2009RB-01.pdf
https://depot.erudit.org/id/003036dd
ISSN: 1701-9990
Appears in Collections:Rapports bourgognes

Files in This Item:

2009rb-01.pdf (Adobe PDF ; 702,14 kB)

Items in the Repository are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.

 

About Érudit | Subscriptions | RSS | Terms of Use | Contact us |

Consortium Érudit ©  2014