FrançaisEnglish

Érudit | Dépôt de documents >
CIRANO - Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations >
Cahiers scientifiques >

Please use this identifier to cite or link to this item:

https://depot.erudit.org/id/002893dd

Title: Analyse de la perception des Québécois à l'égard de l'impôt :une relation paradoxale
Authors: Arseneau, Matthieu
Godbout, Luc
Guay, Jean-Herman
Issue Date: 2005-03
Publisher: Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations (CIRANO)
Series/Report no.: Série scientifique (CIRANO);2005s-16
Scientific series (CIRANO);2005s-16
Abstract: Cette étude présente l'analyse des résultats d'un sondage réalisé par la firme CROP du 20 au 31 janvier 2005. Les 21 questions présentées dans ce document portent sur la perception des Québécois à l'égard de l'imposition. Principalement, ce sondage aborde les thèmes tels que les choix budgétaires, la façon d'administrer les impôts et la question du fardeau fiscal et de sa répartition. Outre l'analyse des résultats du sondage proprement dite, les auteurs enrichissent le débat par la présentation d'informations reliées aux différents thèmes abordés. À la lumière des résultats du sondage, les auteurs observent dans un premier temps que les Québécois s'entendent généralement sur les grands enjeux. En effet, rares sont les questions sur lesquelles la population est clairement divisée. De plus, les auteurs ont décelé une équivoque chez les répondants puisque ces derniers veulent à la fois voir le fardeau fiscal au Québec être réduit tout en orientant les éventuels surplus vers une augmentation des programmes sociaux. En effet, ils constatent que les impôts sont beaucoup mieux perçus quand le but est clairement spécifié. À cet égard, les Québécois seraient même, dans certains cas, favorables à l'augmentation de la TVQ si les recettes générées par cette hausse étaient allouées à leur priorité. Finalement, même si un grand nombre de contribuables ne paient pas ou très peu d'impôt sur le revenu, les répondants considèrent dans l'ensemble que les individus à faibles et moyens revenus en paient trop alors que les individus ayant de hauts revenus n'en paient pas assez.

This paper analyses a survey undertaken by the polling firm CROP between the 20th and the 31st of January 2005. The 21 questions presented in this study concern the Quebec population's perception of fiscal issues. Several issues are examined such as budgetary choices and fiscal administration as well as the size of the tax burden and it's distribution among the various tax brackets. As well as analysing the survey results, the authors contribute to the debate by presenting additional relevant information on these issues. Primarily, the results show a general consensus within the Quebec population on major issues. In fact, there is no major ideological division. Moreover, the authors detect a degree of ambiguity in that those polled want a reduction of the Quebec tax burden and, at the same time, wish to see eventual surpluses serve to increase spending on social services. The results show that, the Quebec population is most favourably inclined towards taxes when the allocation of resources thus raised is clearly defined. In this regard, the Quebec population would even favour, in certain cases, an increase in the consumption tax (TVA) if the proceeds were to finance policies they prioritize. Finally, even though an important proportion of the population pay little or no income tax, those polled believe that, on the whole, low and middle incomes individuals are taxed too heavily and that high income individuals are not sufficiently taxed.
URI: http://www.cirano.qc.ca/pdf/publication/2005s-16.pdf
https://depot.erudit.org/id/002893dd
ISSN: 1198-8177
Appears in Collections:Cahiers scientifiques

Files in This Item:

2005s-16.pdf (Adobe PDF ; 547,36 kB)

Items in the Repository are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.

 

About Érudit | Subscriptions | RSS | Terms of Use | Contact us |

Consortium Érudit ©  2014