FrançaisEnglish

Érudit | Dépôt de documents >
CRDC - Chaire de recherche du Canada en développement des collectivités  >
6. Série Rapports de recherche >

Please use this identifier to cite or link to this item:

https://depot.erudit.org/id/001913dd

Title: L'économie sociale et solidaire : contribution éthique au développement d'une mondialisation à visage humain. Analyse et pistes de réflexion pour le programme interdisciplinaire Éthique de l'économie, Division de la prospective, de la philosophie et des sciences humaines de l'UNESCO
Authors: Favreau, Louis
Issue Date: 2003
Publisher: Chaire de recherche du Canada en développement des collectivités
Series/Report no.: Série rapports de recherche
Abstract: Dans la plupart des pays du monde, au Nord comme au Sud, des initiatives économiques populaires associent des gens pour entreprendre autrement. Plusieurs de ces initiatives de même que des dispositifs innovateurs d'accompagnement (en matière de financement, d'aide à la création d'entreprises, d'insertion socioprofessionnelle et de soutien à la relance de communautés locales…) révèlent en fait de nouvelles pratiques de solidarité économique et sociale. Autrement dit, plusieurs logiques guident l'essor du développement économique et social de nos sociétés : celle du marché et de l'État mais également celle des entreprises collectives et de la société civile. Le rôle et la place de l'économie sociale et solidaire sur la planète, tout particulièrement dans un contexte de mondialisation, sont au cœur de ce texte. Entre autres sujets, sont dévoilées l'histoire, les pratiques et la théorie qui bordent les concepts centraux d'"économie sociale et solidaire" et de "société civile". Ces concepts sont mis en relation avec celui d'une économie à visage humain et d'une éthique de l'économie. Les initiatives économiques populaires que nous avons observé depuis une dizaine d'années et les dizaines de monographies que nous avons réalisées dévoilent une économie sociale et solidaire sortie de son éclipse de plusieurs décennies et offrant un potentiel de développement de nouvelles formes de régulation démocratique, d'identité et d'utilité sociale. Plutôt qu'une nouvelle forme de gestion sociale de la pauvreté, elles témoignent d'une réponse inédite à des besoins sociaux (nécessité), à des aspirations de développement d'appartenances collectives (identité), le tout se conjuguant avec la visée d'un monde démocratique et équitable (projet de société). De plus, le concept d'économie sociale et solidaire s'avère fédérateur de nombreuses initiatives issues de l'économie populaire, de mouvements associatifs, de syndicats, d'ONG, d'Églises, etc., lesquels évoluaient jusqu'à récemment en rangs dispersés : fédérateur par son approche transversale (par-delà les secteurs, se regrouper sur une base territoriale commune); fédérateur par son caractère inclusif (des initiatives bien organisées sous forme de mutuelles, d'associations ou de coopératives mais aussi des initiatives plus informelles); fédérateur aussi par le projet d'économie politique dont il est porteur c'est-à-dire une démocratisation du développement et une redistribution de la richesse produite; enfin, fédérateur par son projet internationaliste de mise en réseau à l'échelle de la planète pour favoriser une autre mondialisation.
URI: https://depot.erudit.org/id/001913dd
Appears in Collections:6. Série Rapports de recherche

Files in This Item:

RR7.rtf (RTF ; 1,65 MB)

Items in the Repository are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.

 

About Érudit | Subscriptions | RSS | Terms of Use | Contact us |

Consortium Érudit ©  2014