FrançaisEnglish

Érudit | Dépôt de documents >
CRISES - Centre de recherche sur les innovations sociales >
Cahiers du CRISES, collection Études théoriques >

Please use this identifier to cite or link to this item:

https://depot.erudit.org/id/001766dd

Title: Théories de la satisfaction au travail
Authors: Comeau, Yvan
Issue Date: 1992
Publisher: Centre de recherche sur les innovations sociales
Series/Report no.: Études théoriques
Abstract: Ce texte présente quatre théories sociologiques de la satisfaction au travail: l'Ecole physico-économique (Frederick Winslow Taylor), l'Ecole des relations humaines (Elton Mayo et Frederick Herzberg), les modèles de causalité (les enquêtes statistiques américaines) et l'Ecole critique. Cette dernière approche est développée par l'auteur au terme d'une recherche empirique portant sur la satisfaction des membres dans les coopératives de travail. Les concepts de l'Ecole critique proviennent de théories s'inspirant plus ou moins du matérialisme historique: l'Ecole de Francfort, la sociologie des mouvements sociaux et la théorie de la régulation. Pour la perspective critique, la satisfaction au travail se définit par le bilan que font les producteurs de leur expérience de travail et aussi le sentiment qu'ils éprouvent de se libérer de l'aliénation au travail en instituant des rapports sociaux de coopération et en devenant collectivement propriétaires des moyens de production. L'auteur croit que l'approche critique convient pour saisir les nouvelles aspirations et attitudes des acteurs sociaux en matière de travail salarié et permet de comprendre la satisfaction des travailleurs dans les entreprises autogérées. Les concepts de démocratie, d'autonomie et la présence d'un collectif où se manifestent desliens de solidarité résument l'essentiel des processus sociaux favorisant la satisfaction des acteurs pour les rapports sociaux dans ce type d'entreprises. L'investisssement financier par les travailleurs, le partage des dividendes et la compétence nécessaire à la participation à la gestion déterminent la satisfaction des producteurs pour la propriété collective de l'entreprise. Plus les travailleurs accordent de l'importance au travail pour soi (considération qualitative pour le travail, telles l'utilité sociale, la réalisation personnelle), plus ils apprécient les formes autogérées d'organisation et de propriété du travail. Par contre, les producteurs chez qui dominent une conception du travail en soi (aspects instrumentaux du travail, tels la sécurité d'emploi et les avantages financiers) n'apprécient les entreprises coopératives que si elles complent leurs aspirations.
URI: https://depot.erudit.org/id/001766dd
Appears in Collections:Cahiers du CRISES, collection Études théoriques

Files in This Item:

ET9205.pdf (Adobe PDF ; 101,3 kB)

Items in the Repository are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.

 

About Érudit | Subscriptions | RSS | Terms of Use | Contact us |

Consortium Érudit ©  2014