FrançaisEnglish

Érudit | Dépôt de documents >
CRISES - Centre de recherche sur les innovations sociales >
Cahiers du CRISES, collection Études théoriques >

Please use this identifier to cite or link to this item:

https://depot.erudit.org/id/001765dd

Title: Changement de stratégies à la CSN de l'affrontement à la participation dans les entreprises
Authors: Boucher, Jacques
Issue Date: 1993
Publisher: Centre de recherche sur les innovations sociales
Series/Report no.: Études théoriques
Abstract: L'analyse des stratégies syndicales peut être abordée par différents biais, entre autres en nous arrêtant à la portée organisationnelle de l'action collective ou encore à son aspect plus politique, c'est-à-dire institutionnel. Nous avons choisi ici d'examiner les stratégies de la CSN par rapport à la modernisation sociale des entreprises à partir de la dimension «mouvement social» de l'action syndicale, plus spécifiquement en nous attardant sur le projet véhiculé par la CSN à cet égard, les stratégies qu'elle entend mettre de l'avant pour le réaliser et les représentations des rapports sociaux que l'on retrouve derrière ce projet et ces stratégies. L'analyse du discours officiel de la CSN de 1970 à 1992 nous permet de constater, tout au long de cette période, une surprenante constance dans le projet syndical de démocratisation des entreprises et de participation des travailleurs à l'organisation de leur travail. Le changement se situe plutôt du côté des stratégies mises de l'avant et cela, en lien avec une profonde transformation des représentations que la CSN se fait des rapports sociaux tant dans l'entreprise que dans la société. Laissant derrière elle une vision d'affrontement de classes et d'action de masse, de projet de démocratisation des entreprises basée sur l'autogestion ouvrière ou leur nationalisation, elle s'est tournée, dans la deuxième partie des années 1980, vers une stratégie de concertation dite «conflictuelle», basée sur un élargissement des objets de négociation, et vers des actions plus circonscrites selon les situations locales et sectorielles. Ce changement de stratégie syndicale n'est pas indépendant des pressions exercées par la crise, d'autant que celle-ci résulte d'un bris des compromis dans les rapports sociaux. La distorsion notée entre le projet de société de la CSN et son plan d'action ne peut donc se comprendre qu'en resituant l'action syndicale dans le cadre de l'épuisement du fordisme et de la recherche d'un nouvel arrangement social. En effet, les travailleurs et leurs syndicats ont été des acteurs importants dans cette crise et ils restent incontournables pour l'élaboration de nouveaux compromis qui ne peuvent être le résultat que du jeu des rapports sociaux et d'un certain nombre d'essais et d'erreurs.
URI: https://depot.erudit.org/id/001765dd
Appears in Collections:Cahiers du CRISES, collection Études théoriques

Files in This Item:

ET9301.pdf (Adobe PDF ; 129.38 kB)

Items in the Repository are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.

 

About Érudit | Subscriptions | RSS | Terms of Use | Contact us |

Consortium Érudit ©  2016