FrançaisEnglish

Érudit | Dépôt de documents >
CRISES - Centre de recherche sur les innovations sociales >
Cahiers du CRISES, collection Études théoriques >

Please use this identifier to cite or link to this item:

https://depot.erudit.org/id/001763dd

Title: Comité conjoint sur la productivité, les heures et la semaine de travail
Authors: Grant, Michel
Issue Date: 1993
Publisher: Centre de recherche sur les innovations sociales
Series/Report no.: Études théoriques
Abstract: En 1991, un important conflit de travail opposa la ville de Montréal et le syndicat représentant ses employées cols bleus. L'enjeu de l'affrontement portait sur une revendication syndicale qui cherchait à réduire la semaine de travail de 40 heures réparties sur 5 jours à une semaine de 35 heures réparties sur 4 jours. Le conflit se solda par une solution de compromis maintenant la semaine de 5 jours, mais réduisant le nombre d'heures travaillées à 37.5 heures, et ce sans perte de salaire. Dans le cadre de la solution négociée, les parties convinrent de confier à un comité paritaire présidé par l'auteur, dont le mandat consistait à examiner les modes de réorganisation du travail qui pourraient générer des gains de productivité suffisants pour financer les coûts d'une modification aux horaires de travail. Le comité visita les lieux de travail et rencontra, dans le cadre de 20 réunions formelles impliquant 122 gestionnaires et 116 représentants syndicaux. Chaque rencontre se déroulait par des échanges sur les thèmes suivants: identification des principales activités et des ressources humaines, matérielles et financières de chacune des unités; notion de productivité utilisée dans chacune des unités de travail rencontrées; identification des principaux problèmes liés à l'amélioration de la productivité; proposition de solutions; conditions de réalisation d'une semaine de travail modifiée. Le présent texte présente la démarche de consultation suivie pour impliquer les personnes concernées dans un processus d'amélioration de l'organisation du travail et des relations du travail qui pourrait résulter dans une modification des horaires de travail. Plus spécifiquement, le rapport pose les conditions préalables à la réalisation de gains de productivité. Ainsi, il identifie comment certaines pratiques et certaines clauses de la convention collective nuisent à une meilleure organisation des activités. Cette transformation doit aussi tenir compte de l'influence du climat et des relations du travail sur la qualité et la quantité des services à la clientèle interne (v.g. autres unités de la ville) et à la population. Le rapport examine et propose un processus de mise en place et d'évaluation des mesures d'amélioration de la productivité, de même que les possibilités pour une nouvelle semaine de travail.
URI: https://depot.erudit.org/id/001763dd
Appears in Collections:Cahiers du CRISES, collection Études théoriques

Files in This Item:

ET9304.pdf (Adobe PDF ; 270.56 kB)

Items in the Repository are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.

 

About Érudit | Subscriptions | RSS | Terms of Use | Contact us |

Consortium Érudit ©  2016