FrançaisEnglish

Érudit | Dépôt de documents >
CRISES - Centre de recherche sur les innovations sociales >
Cahiers du CRISES, collection Études théoriques >

Please use this identifier to cite or link to this item:

https://depot.erudit.org/id/001699dd

Title: Les alliances stratégiques entre les entreprises à l'ère de la mondialisation et du changement de paradigme technologique
Authors: El-Filali El-Youssefi, Mohamed
Issue Date: 2000-04
Publisher: Centre de recherche sur les innovations sociales
Series/Report no.: Études théoriques
Abstract: Dans le domaine de la réflexion stratégique ainsi que dans le cadre de l'économie standard, la plupart des concepts, modèles, outils et grilles se basent sur une vision concurrentielle des relations entre les entreprises. Néanmoins, depuis les années 1980, la pratique des affaires s'oriente de plus en plus vers les stratégies de coopération interentreprises. Pourquoi cette nouvelle orientation ? L'hypothèse vérifiée est que la montée du phénomène des alliances stratégiques est liée au changement de l'environnement des entreprises au temps de la mondialisation et de l'émergence du paradigme des technologiques de l'information. C'est-à-dire la pression du marché et de la technique dans une action interactive, autrement dit la technologie est conduite et est la clé de la mondialisation sans pouvoir identifier laquelle des deux a initié le changement. Au niveau méthodologique, un survol de la littérature est entrepris pour répondre aux questions posées. Ainsi, cinq approches ont été retracées : l'économie des coûts de transaction, la recherche du pouvoir de marché, la recherche des ressources spécialisées complémentaires, la minimisation des risques et de l'incertitude inhérents à la R&D, et enfin la recherche de l'innovation flexible et de l'apprentissage. Avant de vérifier la capacité explicative de ces approches théoriques à la lumière des cas pratiques déjà étudiés par d'autres chercheurs, un classement de ces études est effectué selon les approches théoriques adoptées, les objectifs des alliances étudiées et la méthode de traitement des données. La quasi-totalité des études sur les alliances stratégiques confirment la montée de ce phénomène depuis le début des années 1980. Le développement des alliances confirme l'idée avancée qu'un nouveau comportement lié à la stratégie d'évitement caractérise les firmes faisant face au nouvel environnement mondial marqué par l'incertitude, la complexité et la crise. Ce qui est remarquable aussi c'est que ces alliances sont surtout conclues entre des concurrents ce qui appui l'approche qui lie les accords de coopération à la volonté de réduire les risques et les coûts par les concurrents. Les études empiriques de la distribution sectorielle des alliances relèvent le fait que depuis le début des années 1980 les alliances technologie de pointe sont dominantes, confirmant l'hypothèse que la propension à la coopération est très forte dans les secteurs jeunes. En effet, ces secteurs sont caractérisés par un potentiel de croissance relativement plus important, une intensité technologique plus grande et un degré de mondialisation plus profond. Les résultats des études quant à la distribution géographique des alliances restent encore controversés. Certaines études démontrent qu'une grande part des accords inter-firmes est encore intra-régionales ou nationales, alors que d'autres études rapportent que plus de la moitié des alliances stratégiques sont conclues entre des firmes de différents pays. D'autres études enfin insistent sur le caractère triadique des alliances. Les entreprises peuvent chercher à travers les alliances mondialisées des ressources complémentaires, l'acquisition de technologies ou l'entrée au marché.
URI: https://depot.erudit.org/id/001699dd
Appears in Collections:Cahiers du CRISES, collection Études théoriques

Files in This Item:

ET0008.pdf (Adobe PDF ; 671,03 kB)

Items in the Repository are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.

 

About Érudit | Subscriptions | RSS | Terms of Use | Contact us |

Consortium Érudit ©  2014