FrançaisEnglish

Érudit | Dépôt de documents >
CRISES - Centre de recherche sur les innovations sociales >
Cahiers du CRISES, collection Mouvements sociaux >

Please use this identifier to cite or link to this item:

https://depot.erudit.org/id/001348dd

Title: La lutte pour le mariage de conjoints de même sexe au Canada
Authors: Perron, Guillaume
Issue Date: 2007-04
Publisher: Centre de recherche sur les innovations sociales
Series/Report no.: Mouvements sociaux
Abstract: Au Canada, la lutte pour le mariage entre conjoints-es de même sexe a débuté dans les années 1970. Ce n'est cependant qu'à partir de septembre 2003 que la lutte est devenue plus organisée, coordonnée par une coalition pancanadienne et des coalitions dans chaque province du pays. Même si ce n'était pas une règle absolue, le groupe en lutte était surtout composé d'individus ayant des idées assez progressistes, tandis que les opposants avaient généralement des valeurs plus conservatrices. Les intérêts du groupe en lutte et des opposants portaient sur les aspects idéologique, politique, économique et individuel. Aussi, certains enjeux de la lutte étaient clairs dès le départ (par exemple, l'opinion publique concernant le mariage de conjoints-es de même sexe), mais d'autres se sont dévoilés au cours de la lutte (notamment la définition des concepts comme le mariage et la famille). La lutte pour le mariage de conjoints-es de même sexe a débuté lorsque certaines personnes d'orientation homosexuelle se sont aperçues qu'elles étaient privées d'un droit que les personnes hétérosexuelles de 18 ans et plus possédaient toutes : celui de se marier. C'était donc une situation de privation qui était à l'origine de cette lutte. Les coalitions ont défini clairement le problème, et les quelques divergences concernant la façon de le résoudre (revendiquer seulement le mariage civil ou ouvrir le débat sur le mariage religieux ?) n'ont pas nui à la conduite de la lutte. L'identité collective du groupe en lutte ne reposait pas sur l'homosexualité, mais plutôt sur le partage des valeurs telles que l'égalité, la justice et la liberté. Par ailleurs, malgré des ressources relativement limitées, le groupe en lutte pouvait compter sur des leaders compétents et sur des stratégies de lutte bien orchestrées (axées surtout sur le lobbying auprès des décideurs), ce qui a sans doute contribué au succès de sa lutte. C'est ainsi qu'en juillet 2005, l'adoption de la loi C-38 permettait aux couples de même sexe de se marier civilement. Toutefois, les gains de la lutte sont fragilisés par l'élection, en janvier 2006, d'un gouvernement conservateur qui veut rouvrir le débat en soumettant de nouveau la loi C-38 à un vote à la Chambre des communes (où siègent les personnes élues au niveau fédéral). Les quelques pistes de renouvellement de la lutte présentées dans cette monographie (à la lumière d'une courte évaluation de la lutte menée) pourraient donc être utiles pour poursuivre la lutte.
URI: https://depot.erudit.org/id/001348dd
Appears in Collections:Cahiers du CRISES, collection Mouvements sociaux

Files in This Item:

MS0704.pdf (Adobe PDF ; 227.99 kB)

Items in the Repository are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.

 

About Érudit | Subscriptions | RSS | Terms of Use | Contact us |

Consortium Érudit ©  2016