FrançaisEnglish

Érudit | Dépôt de documents >
CRISES - Centre de recherche sur les innovations sociales >
Cahiers du CRISES, collection Études de cas >

Please use this identifier to cite or link to this item:

https://depot.erudit.org/id/001321dd

Title: La Coopérative Bon Ménage-Plus: une coopérative d'insertion de jeunes sur le marché du travail
Authors: Laplante, Annie
Duguay, Patrick
Issue Date: 1999-01
Publisher: Centre de recherche sur les innovations sociales
Series/Report no.: Études de cas d'entreprises d'économie sociale
Abstract: Plusieurs intervenants sociaux évoluent au carrefour de multiples pratiques dans le champ de la lutte contre la pauvreté et de l'exclusion sociale. Les intervenants de l'Auberge communautaire Sud-Ouest de Montréal ont fait un constat auprès de leur clientèle. Habituellement, les jeunes qui ont recours à ce type d'hébergement sont pour la plupart peu scolarisés, pauvres, isolés, etc. Face à ce problème, l'Auberge Communautaire du Sud-Ouest de Montréal a cherché une solution, à laquelle l'organisme la Relance Économique du Sud-Ouest (RÉSO) s'est jointe pour relancer l'emploi chez ces jeunes. Plusieurs de leurs résidents avaient de la difficulté à s'insérer dans un marché du travail devenu hypersélectif. C'est de là que l'idée de la coopérative Bon Ménage-Plus a germée. La priorité du projet consistait à trouver une réponse d'insertion viable et durable sur le marché du travail pour ces jeunes marginalisés afin qu'ils participent au développement de leur communauté. Bon Ménage-Plus est une coopérative de travailleurs oeuvrant dans les services d'entretien ménager général d'immeubles et de la rénovation mineure dans les secteurs commercial et résidentiel. Pour ce faire, des jeunes auront suivi un parcours de formation professionnelle, personnelle et sociale en alternance travail-étude. La menuiserie, la plomberie, l'entretien ménager, la gestion de conflits, les techniques de ventes et d'autres thèmes de cet ordre sont au coeur de leur formation. Le projet propose une nouvelle façon d'aborder l'entrepreneuriat. Comme on le verra, les membres de la coopérative, en fait les six promoteurs du projet, se sont inscrits dans un processus d'«empowerment». La réussite du démarrage de l'entreprise ne s'est pas fait du jour au lendemain et ils ont dû mener plusieurs combats. C'est d'ailleurs ces conflits qui ont motivé les jeunes qui étaient jusque-là écartés des décisions majeures dans la prise en charge de l'entreprise. Après deux années de démarrage en tant que projet, les jeunes prennent en main «Les entreprises collectives Bon Ménage» et en janvier 1997, l'entreprise est incorporée comme OSBL et coopérative sous le nom de «Bon Ménage-Plus». Aujourd'hui, les membres débutent leurs activités et l'enjeu qui leur est dévolu est de veiller à rendre la coopérative viable et durable.L'étude de cas de cette coopérative vise à décrire l'émergence de cette entreprise d'économie sociale et à démontrer le potentiel d'entrepreneurship de ces jeunes du quartier Ville-Émard, un quartier défavorisé de Montréal. Cette coopérative en entretien général d'immeubles possède à la fois le statut d'organisme sans but lucratif (OSBL) et de coopérative. Cette monographie est construite à partir du «Guide de collecte et de catégorisation des données pour l'étude d'activités de l'économie sociale», conçu par Yvan Comeau, professeur en sciences de l'éducation à l'Université Lavai et membre du collectif CRISES. Cette étude de cas a été réalisée à partir d'une recherche documentaire et des entrevues auprès d'informateurs-clés pendant l'année 1997.
URI: https://depot.erudit.org/id/001321dd
Appears in Collections:Cahiers du CRISES, collection Études de cas

Files in This Item:

ES9902.pdf (Adobe PDF ; 293.05 kB)

Items in the Repository are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.

 

About Érudit | Subscriptions | RSS | Terms of Use | Contact us |

Consortium Érudit ©  2016