FrançaisEnglish

Érudit | Dépôt de documents >
CRISES - Centre de recherche sur les innovations sociales >
Cahiers du CRISES, collection Études de cas >

Please use this identifier to cite or link to this item:

https://depot.erudit.org/id/001315dd

Title: Développement communautaire et économie sociale: l'expérience péruvienne de Villa el Salvador
Authors: Favreau, Louis
Fréchette, Lucie
Issue Date: 1999-04
Publisher: Centre de recherche sur les innovations sociales
Series/Report no.: Études de cas d'entreprises d'économie sociale
Abstract: Dans le contexte de la mondialisation néolibérale, une majorité de pays du Sud voit leur situation générale se dégrader. Et pourtant, dans nombre de pays, des initiatives locales naissent pour faire face, de façon à tout le moins défensive, sinon offensive, à la crise (Favreau, 1997). Dès lors, en ce qui a trait aux pays du Sud, la question du développement se pose en des termes nouveaux. Nombreux aujourd'hui sont les chercheurs, les coopérants et même certaines instances internationales (comme le BIT) qui confirment l'importance de la participation des populations locales dans le processus conduisant au développement. Cette participation qui ne fait plus de doute est une condition indispensable au développement. Mais est-elle non suffisante? L'expérience de Villa el Salvador (VES) est particulièrement riche en terme de participation populaire. Mais cette expérience fait valoir que plusieurs moteurs de développement longtemps délaissés sont liés à cette participation, identifiant du même coup d'autres éléments de réussite du développement. C'est ce que ce texte a l'ambition d'examiner. Villa el Salvador est un bidonville de 300 000 habitants, en banlieue de Lima. Cette municipalité se caractérise par son haut degré d'organisation sociale: non seulement plus de 3000 associations y sont aujourd'hui actives mais celles-ci déploient leurs activités dans un cadre d'organisation communautaire très évolué. VES a en effet su développer un aménagement de son territoire correspondant à une organisation de la communauté par pâtés de maison autour de 120 places communes. Cette expérience unique en Amérique latine est riche en leçons de toutes sortes, même si elle n'a pas encore suscité tout l'intérêt auquel elle aurait droit. Comment s'organisent ces 300 000 habitants et comment une telle municipalité a-t-elle pu se développer? Résultat d'une enquête sur place et de plusieurs échanges entre Péruviens et Québécois engagés dans la coopération internationale sur 10 ans, ce texte tentera de répondre à ces questions.
URI: https://depot.erudit.org/id/001315dd
Appears in Collections:Cahiers du CRISES, collection Études de cas

Files in This Item:

ES9908.pdf (Adobe PDF ; 231,68 kB)

Items in the Repository are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.

 

About Érudit | Subscriptions | RSS | Terms of Use | Contact us |

Consortium Érudit ©  2014