FrançaisEnglish

Érudit | Dépôt de documents >
Chaire de recherche du Canada en économie sociale >
Collection Recherche >

Please use this identifier to cite or link to this item:

https://depot.erudit.org/id/004192dd

Title: Modèle québécois de développement et gouvernance : entre le partenariat et le néolibéralisme ?
Authors: Bouchard, Marie J.
Lévesque, Benoît
St-Pierre, Julie
Issue Date: 2005-04
Publisher: Chaire de recherche du Canada en économie sociale / Centre de recherche sur les innovations sociales
Series/Report no.: Recherche;R-2005-01
Abstract: Depuis les années 1960, on voit se déployer trois modèles de développement successifs au Québec : fordiste, partenarial et, tout récemment, néolibéral. Nous présentons d’abord les particularités québécoises de ces trois modèles et les modes de gouvernance qui y sont associé. Le fordisme y prend une coloration particulière puisque des compromis entre l’État, le patronat et les syndicats s’établissent pour favoriser la modernisation des entreprises et le développement régional. Les bases du partenariat s’élargissent ensuite, notamment sous la pression des mouvements sociaux. Aujourd’hui, le partenariat État-marché-société civile prend un nouveau sens, sous l’influence d’un gouvernement de tendance néo-libérale. Nous illustrons ensuite ces divers modèles par deux exemples, celui du développement économique communautaire (DEC) et celui du logement communautaire (coopératif et associatif). Ces deux secteurs ont ceci de particulier qu’ils articulent le développement économique au développement social. En ce sens, ils remettent en question le cloisonnement des politiques publiques. Ceci, en grande partie grâce au rôle joué par des groupes sociaux émanant de la société civile dans la construction du modèle partenarial. Celui-ci prend un dynamique ascendante (bottom-up), favorisant un nouvel arrangement entre l’État, le marché et la société civile. Cette articulation du développement économique et du développement social se recrée sur une base locale, à l’initiative des citoyens, souvent conjuguée à celle des administrations publiques. Les acquis de ce modèle sont aujourd’hui mis à risque par une conception étroite des dynamiques de développement, notamment la négation des effets d’externalités et de spillover de ces externalités sur la communauté dans son ensemble. Nous concluons sur les leçons à tirer de ces expériences.

Since the years 1960, Québec has successively known three different models of development: fordism, partnership and, just recently, neoliberalism. We first describe the particularities of those three models and of the governance modes that are associated to them. Fordism in Québec has its specificity since the compromises between the State, the employers and the workers unions helped in the modernizing of enterprises and participated to regional development. The basis of this partnership then enlarges itself, notably under the pressure of the social movements. Nowadays, the State-Market-Civil society partnership takes a new meaning, under the influence of a neoliberal oriented government. We then illustrate these different models with two examples, that of the local community development, and that of the community housing (co-operative and nonprofit). These two sectors have this particularity of articulating economic development and social development. In this sense, they put into question the compartmentalization of public policies. This is greatly due to the role played by social groups emanating from the civil society in the construction of the partnership model. This model takes from an ascending dynamic (bottom-up), favoring a new settlement between the State, the market and the civil society. The articulation between economic and social development takes place on a local basis, through citizen’s initiatives, often in conjunction with public administrations. The entitlements acquired in this model are now put to risk by a narrow conception of the dynamics of development, notably the negation of externality and of their spillover effects onto the community as a whole. We conclude with lessons learned from those experiences.
Description: Contribution au Groupe de travail transversal du CIRIEC international « Régimes de gouvernance et services d’intérêt général » sous la coordination de Bernard Enjolras (Institute for Social Studies, Oslo). Rencontre de Paris, février 2005.
URI: https://depot.erudit.org/id/004192dd
ISBN: 2-89276-353-3
Appears in Collections:Collection Recherche

Files in This Item:

R-2005-01.pdf, (Adobe PDF ; 252.03 kB)

Items in the Repository are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.

 

About Érudit | Subscriptions | RSS | Terms of Use | Contact us |

Consortium Érudit ©  2016