FrançaisEnglish

Érudit | Dépôt de documents >
Économie sociale : Alliance de recherche universités-communauté et Réseau québécois de recherche partenariale >
Archives >

Please use this identifier to cite or link to this item:

https://depot.erudit.org/id/004384dd

Title: L’évolution de la pratique des agents d’économie sociale à Montréal
Authors: Dumais, Lucie
Camus, Annie
Tremblay, Jean-Marie
Issue Date: 2011-08
Publisher: RQRP-ÉS / LAREPPS
Series/Report no.: ;RQ-07-2011
Abstract: Au tournant de 2007, les questions que se posaient les agents d’économie sociale à Montréal avaient trait à l’évolution de leurs pratiques, aux facteurs pesant sur les changements passés et à venir, ainsi qu’aux avenues souhaitables de développement. Entre 1997 et 2007, les pratiques avaient beaucoup évolué, selon eux. Les partenaires de recherche se sont entendus pour faire ressortir les facteurs conduisant à la convergence et à la divergence de certaines pratiques, de même que pour organiser un séminaire au terme duquel un bilan collectif serait produit. L’exercice d’ensemble devait faciliter le transfert des connaissances et des apprentissages accomplis, et de mieux soutenir l’accompagnement des entreprises d’économie sociale dans l’avenir. La recherche a estimé la population des agents à une trentaine dans 19 CDÉC et CLD de Montréal. Nous avons eu la collaboration de 12 organisations comptant 18 agents. Au final, 10 agents ont été rencontrés en provenance de neuf organisations (les autres n’avaient pas de répondants disponibles ou répondant à nos critères d’inclusion). Nous avons aussi interrogé trois informateurs externes familiers avec le travail et le mandat des agents. Nos constats confirment que les pratiques actuelles sont diverses. Cette diversité, nous la découvrons dans une typologie de rôles. Elle illustre les compétences supplémentaires qui ont été développées par rapport au profil originel de l’agent d’économie sociale de 1998 et les visions nouvelles de l’économie sociale. Il y a cinq rôles types : le conseiller en économie sociale, le conseiller en entrepreneuriat collectif, l’analyste-conseil, le consultant-expert, l’animateur-initiateur. Dans la réalité quotidienne des agents, les cumuls sont faciles pour certains, difficiles pour d’autres. Les agents doivent non seulement concilier le social avec l’économique, mais bien encore réconcilier ‘des’ visions du social et ‘des’ visions de l’économique que l’entourage, à l’interne ou à l’externe, ne partage pas, mais qui restent tout de même au cœur de la distinction portée par l’économie sociale comparativement à l’économie privée / capitaliste. Trois moments ont été susceptibles d’avoir influé sur l’émergence des divers rôles : la création des Fonds d’économie sociale en 1998, un épuisement du bassin initial de promoteurs autour de 2003, et des réflexions récentes sur l’orientation locale ou régionale du développement. La recherche a identifié trois ‘acteurs’ concourant à la dynamique de la pratique des agents, ceux-ci étant en quelque sorte au centre d’un triangle : l’entrepreneur qu’accompagne l’agent, le comité responsable de l’attribution du fonds, les partenaires financiers extérieurs. Les limites de la recherche sont relatives au fait qu’il s’agissait de faire parler les agents. Nous n’avons pas utilisé de devis d’évaluation de leur pratique (efficacité). En revanche, nous sommes beaucoup outillés pour cerner leurs mandats, les déterminants de base de leurs pratiques et leur marge de manoeuvre. Les agents ont confirmé que le portrait fait par la présente recherche correspond à leur vision de leur travail, passé et actuel.
URI: https://depot.erudit.org/id/004384dd
ISBN: 978-2-89276-503-8
Appears in Collections:Archives

Files in This Item:

RQ-07-2011.pdf, (Adobe PDF ; 1.83 MB)

Items in the Repository are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.

 

About Érudit | Subscriptions | RSS | Terms of Use | Contact us |

Consortium Érudit ©  2016