FrançaisEnglish

Érudit | Dépôt de documents >
CRISES - Centre de recherche sur les innovations sociales >
Cahiers du CRISES, collection Études théoriques >

Please use this identifier to cite or link to this item:

https://depot.erudit.org/id/004063dd

Title: La loi de Gibrat s’applique-t-elle à l’économie sociale urbaine ? Une note de recherche sur la croissance de l’économie sociale de Montréal
Authors: Bouchard, Marie J.
Rousselière, Damien
Keywords: Croissance
Economie Sociale
Loi de Gibrat
Modèle de Cragg
Montréal
Issue Date: 2016-08
Publisher: CRISES
Series/Report no.: Études théoriques et méthodologiques;ET1603
Abstract: La principale contribution de cette courte note de recherche est méthodologique. Notre article prolonge les travaux précédents par la prise en compte de la dynamique multidimensionnelle de l’économie sociale (bénévolat, emplois et revenus). Nous estimons un modèle de Cragg avec système d’équations de croissance simultanées et équation de sélection sur les deux éditions de l’enquête sur l’économie sociale de Montréal (2007 et 2012). Les résultats empiriques sont doubles : D’une part nous mettons en évidence un déclin moyen des revenus et de l’emploi et une croissance du bénévolat pour l’ensemble de la population. D’autre part nous rejetons la loi de Gibrat de croissance proportionnelle pour notre population d’économie sociale urbaine, en en soulignant une baisse de l’hétérogénéité. Les plus grandes organisations semblent ainsi avoir plus souffert que les plus petites. Deux processus différents sont à l’œuvre : l’un pour la survie et l’autre pour la croissance.

The main contribution of this short research note is methodological. Our paper extends previous researches by taking into account the multidimensional dynamic of social economy: volunteering, employment and income. We estimate a Cragg Model with simultaneous growth equations system and a hurdle equation on the two waves of the Montreal survey on social economy. Our main empirical results are twofold: First we highlight an average decrease in income and employment (although with an increase in volunteering) for the whole population. Second, our model allows us to reject the Gibrat Law for our urban social economy enterprises population. On the contrary, it is as if there is convergence effect (regression toward the mean) and a decrease in the heterogeneity of the social economy. The biggest organizations seem to suffer more from the crisis (than the smaller ones). Two different processes are at stake for the social economy: one for the survival and the other for growth.
URI: https://depot.erudit.org/id/004063dd
ISBN: 978-2-89605-398-8
Appears in Collections:Cahiers du CRISES, collection Études théoriques

Files in This Item:

CRISES_ET1603.pdf, (Adobe PDF ; 1.43 MB)

Items in the Repository are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.

 

About Érudit | Subscriptions | RSS | Terms of Use | Contact us |

Consortium Érudit ©  2016