FrançaisEnglish

Érudit | Dépôt de documents >
CRISES - Centre de recherche sur les innovations sociales >
Cahiers du CRISES, collection Études théoriques >

Please use this identifier to cite or link to this item:

https://depot.erudit.org/id/003734dd

Title: Les effets des réseaux intersectoriels sur les organisations participantes Proposition d’un cadre théorique pour l’étude de l’influence des tables de quartier sur les organisations publiques et les organisations du tiers secteur
Authors: Gazzoli, Patricia
Issue Date: 2012
Publisher: Copublication Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES) et Chaire de recherche du Canada en économie sociale
Citation: Gazzoli, P. (2012). "Les effets des réseaux intersectoriels sur les organisations participantes Proposition d’un cadre théorique pour l’étude de l’influence des tables de quartier sur les organisations publiques et les organisations du tiers secteur", Cahiers du CRISES, collection Études théoriques, no ET1201, 84 p.
Series/Report no.: Cahiers du CRISES, Collection Études théoriques;ET1201
Abstract: Afin d’étudier les effets des réseaux intersectoriels sur les organisations qui y participent, problématique de recherche peu explorée dans la littérature, nous proposons la mobilisation d’un cadre théorique néoinstitutionnel. La pertinence d’utiliser ce cadre théorique est défendue en conjuguant la littérature sur les réseaux, présentée dans la première partie du rapport, au néoinstitutionnalisme sociologique, particulièrement à la dynamique du changement institutionnel et au rôle des travailleurs institutionnels dans ce processus, thèmes discutés dans la deuxième partie de ce rapport. Au sein des réseaux intersectoriels, des logiques organisationnelles différentes se côtoient. Ces réseaux constituent ainsi un terrain propice au changement institutionnel. Les représentants des organisations au sein des réseaux, ici considérés comme des travailleurs institutionnels, fonctionnent comme courroie d’influence entre les réseaux et les organisations. Ces organisations subissent des changements institutionnels et contribuent ainsi à l’institutionnalisation des réseaux. Le besoin de davantage comprendre le travail institutionnel de ces acteurs s’impose. Pour ce faire, la troisième et dernière partie de ce texte suggère un terrain de recherche particulièrement intéressant. Il s’agit des tables locales de concertation intersectorielle (TLCI), ou simplement tables de quartier, présentes à Montréal depuis au moins une vingtaine d’années. Ces tables réunissent surtout des organisations publiques et du tiers secteur qui ouvrent sur plusieurs problématiques d’un territoire. Les TLCI de Montréal peuvent présenter des niveaux d’institutionnalisation importants, contribuant ainsi à l’introduction de changements institutionnels au sein des organisations qui en font partie.
Description: Avec la collaboration de Joanna Sauermann
URI: https://depot.erudit.org/id/003734dd
ISBN: 978‐2‐89605‐344‐5
Appears in Collections:Cahiers du CRISES, collection Études théoriques

Files in This Item:

ET1201.pdf, (Adobe PDF ; 587,87 kB)

Items in the Repository are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.

 

About Érudit | Subscriptions | RSS | Terms of Use | Contact us |

Consortium Érudit ©  2014