FrançaisEnglish

Érudit | Dépôt de documents >
CÉRIS - Centre d'étude et de recherche en intervention sociale >
1. Série Recherches >

Please use this identifier to cite or link to this item:

https://depot.erudit.org/id/002951dd

Title: Décentralisation et participation politique en Afrique : le rôle des confréries religieuses dans la gouvernance locale au Sénégal
Authors: Diagne, Mountaga
Issue Date: 2008-12-04
Series/Report no.: Recherches;18
Abstract: Modes de gouvernance et participation politique en Afrique. Dans les nombreux travaux effectués sur la démocratisation et la participation politique en Afrique, on néglige souvent les traits spécifiques des cultures politiques locales dans le contexte des processus de réformes institutionnelles et démocratiques. Il ne suffit plus de s’interroger uniquement sur les élites et les institutions du pouvoir pour saisir l’ensemble des dynamiques politiques en Afrique. Cerner la participation politique dans la réalité africaine suppose d’élargir les regards analytiques à une multitude de légitimités et pratiques sociales ce qui suppose d’étendre l’observation aux différents modes d’autorité et référents symboliques imbriqués dans des lieux et réseaux enchâssés autant au niveau institutionnel qu’au niveau local. Désormais, pour mieux saisir l’enchevêtrement complexe de ces vastes réseaux de pouvoir, il faudrait porter un nouveau regard sur le local, en mettant suffisamment l’accent sur la « gouvernance démocratique en ébullition ». Dans les microsphères (quartiers, communes, villages…), elle est en perpétuelle construction, portée dans ces trajectoires par de vastes communautés identitaires, dotées d’un pouvoir substantiel sur les collectivités. Dorénavant, il convient d’étudier la participation politique locale en se penchant sur ces espaces et réseaux de pouvoir en mutation, encore peu traités dans l’analyse scientifique. En effet, l’analyse institutionnelle, centrée autour du rôle de l’État et des élites au pouvoir, a longtemps été au centre des études sur le politique en Afrique pour expliquer les transformations politiques et économiques survenues depuis des décennies. Toutefois, ces transformations ne peuvent se circonscrire uniquement aux crises perçues dans l’appareil d’État en Afrique. Elles sont également inhérentes aux mutations sociopolitiques des collectivités locales et aux multiples reconfigurations des relations entre l’État et sa société. Pour éviter de figer le débat sur l’État et la participation politique en Afrique dans une forme d’orthodoxie théorique, pour éviter de confiner l’espace politique et démocratique africain à un modèle institutionnel foncièrement dysfonctionnel, il faudrait revisiter ces analyses en restituant la diversité des formes de gouvernance et les logiques relationnelles évolutives entre le pouvoir politique et les sociétés africaines. En réalité, il s’agit de privilégier autant la logique institutionnelle, que celle des réseaux sociaux et des espaces locaux pour mettre en évidence et rétablir l’importance de tous les acteurs qui oeuvrent au sein de la gouvernance des sociétés africaines. Dès lors, un diagnostic de la gouvernance de ces sociétés autour d’enquêtes sociologiques et anthropologiques devient impératif pour saisir les multiples trajectoires des systèmes politiques africains et les divers modes de participation politique, au niveau local. C’est dans ce cadre que nous souhaitons nous interroger sur la nature des relations entre les gouvernements et les collectivités locales, notamment dans les sphères religieuses au Sénégal, et observer attentivement la composition des arènes politiques locales investies du projet de décentralisation.
URI: https://depot.erudit.org/id/002951dd
ISBN: 978-2-89251-349-3
Appears in Collections:1. Série Recherches

Files in This Item:

Confrerie.pdf, (Adobe PDF ; 870,75 kB)

Items in the Repository are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.

 

About Érudit | Subscriptions | RSS | Terms of Use | Contact us |

Consortium Érudit ©  2014